e-serial : le blog

Infos, Tendances, Évènements : la vie d\'une agence de communication web

  • Quand Facebook s’intéresse à votre vie conjugale

    0

    La plupart des profils Facebook ne renseignent plus aujourd’hui le champ « en couple » ou « célibataire » afin de préserver leur intimité et d’éviter, en cas de célibat intensif, de voir leur tranquillité perturbée par des profils en mal d’amour qui confondent Facebook avec un Meetic de seconde zone. La version anglaise remédie à cela et et propose actuellement de rompre la préservation de l’intimité en proposant un bouton, « ask », permettant à tout utilisateur d’avoir l’opportunité de demander à leurs « amis » Facebook leur statut conjugal.

    Le bouton « ask » s’intéresse à votre vie privée

    Chaque demande peut s’accompagner d’un message justifiant la démarche d’un tel intérêt. cette fonctionnalité n’apparaître que pour les personnes qui n’auront pas renseigné les informations de couple comme“célibataire”“en couple avec…”“marié(e)”, etc. Le propriétaire ne verra d’ailleurs pas le bouton “Ask” sur sa propre page.

    Facebook-Relationship-Inline-810x521

    Une fois appuyé sur le bouton « ask », la personne intéressée vous enverra un message privé dans une boîte dédiée, enjoint par un“Demandez à [un tel] pourquoi vous l’interrogez à propos de sa situation amoureuse”. Il ne sera donc pas possible de cacher très longtemps l’intérêt voire l’attirance pour l’autre. Une fois la “question” reçue, Facebook vous laissera choisir parmi les situations amoureuses, afin de répondre en privé à cette personne en accompagnant votre message d’une confirmation.

    Facebook-ask-810x300

    Une tentative détournée pour accéder à des informations

    De là à devenir un site de rencontre, nous en sommes encore loin mais quel intérêt pouvons-nous avoir à connaître la situation personnelle d’un contact. Cette option reste un moyen pour les curieux d’en savoir un peu plus sur l’intimité de leurs contacts mais libre, heureusement, à ces derniers de répondre en conséquence. Pour l’heure, cette option n’est pas envisagée sur notre sol. En France, il vous est possible actuellement de demander à connaître l’adresse, l’e-mail ou encore l’âge de votre « ami ».

    Au-delà d’une aubaine pour les célibataires, Il semble évident cette manoeuvre peut inciter les utilisateurs à livres davantage de données et, par conséquent, adapter les actions de marketing et de publicité de manière plus ciblées.

    (Crédits image : Brian Hernandez/Mashable)

     

    Mots clés : ,

Laisser un commentaire